Julie Laernoes, candidate à la mairie de Nantes

Pourquoi Nantes ?

Je suis née à aux Pays-Bas. Je suis l’enfant d’un couple binational. Au bout de la rue où j’ai grandi, on a bâti le Tribunal pénal international de La Haye qui a jugé les crimes commis lors de la guerre en ex-Yougoslavie. Baignée de deux cultures et deux pays, je sais intimement que les choses peuvent toujours être différentes de ce qu’elles sont.

Si l’on fait un pas de côté, on peut toujours regarder les choses autrement. On peut toujours les changer. Je me suis engagée dans la vie publique comme une évidence. Mes parents m’ont transmis le goût de l’engagement aux autres, le devoir du service public, l’exigence de prendre sa part dans le monde.

Je dois à des rencontres fondatrices de m’avoir appris à transformer des aspirations en décisions, des souhaits en réalités, tangibles et solides. J’ai rencontré Dominique Voynet à la fin de mes études, et j’ai travaillé plusieurs années auprès d’elle. A Montreuil en particulier, où nous avons pu montrer combien l’ambition écologique pouvait s’accorder avec l’exigence sociale.

Julie LAERNOES, candidate à la mairie de Nantes #municipales2020. Photo ©Benjamin Boccas

C’est avec cette conviction que je n’ai cessé, ces six dernières années, d’agir pour notre ville et pour la métropole. Elue à Nantes et vice-présidente de Nantes Métropole, je me suis efforcée chaque jour d’agir pour que nous soyons à la hauteur des défis qui se présentent à nous. Je sais combien ils sont complexes et ce qu’ils supposent de changements.

Je suis déterminée. Car l’heure n’est ni aux évitements ni aux hésitations. Il faut savoir ce que nous voulons faire, et le faire bien. Des décisions doivent être prises qui ne peuvent plus être reportées. Elles exigent de la constance, de la cohérence, de la solidité.

Je ne suis pas née nantaise, je le suis devenue. Profondément et intimement. J’y ai rencontré mon grand amour. Mes enfants y sont nés. Je suis tombée amoureuse de Nantes. De son énergie, sa formidable capacité d’invention, la force des liens qui s’y tissent. Je suis convaincue que Nantes est mûre pour une nouvelle étape de son histoire. C’est le moment. Dans cette élection municipale, je vous propose le choix de l’audace, pas celui de l’habitude.

Verte, apaisée, innovante. L’audace d’être Nantes.

Biographie

Julie Laernoes, 37 ans, est une femme politique écologiste, membre d’Europe Ecologie Les Verts (EELV). Actuellement vice-présidente de Nantes Métropole et conseillère municipale déléguée au climat, elle est la tête de liste écologiste et citoyenne « Nantes Ensemble » pour les élections municipales de 2020 à Nantes.

Origine et vie familiale

Fille d’une institutrice, et d’un père travaillant dans l’aménagement du territoire de petites communes, Julie Laernoes acquiert très vite le goût de la chose publique et des biens communs. Elle grandit à La Haye, aux Pays-Bas. Petite, elle habitait dans le Statenkwartier, le quartier des hommes d’Etats, dans le Cornelis de Wittlaan. Au bout de sa rue s’est construit le tribunal pénal international de La Haye. Elle a un frère de 3 ans son cadet, musicien gipsy jazz. Elle est maman de deux petits nantais.

Études et formation

Julie Laernoes obtient une Licence en Sociologie et Droit International. Elle poursuit avec un échange universitaire en Australie, avant d’être diplômée d’un Master à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris en 2006.

Parcours politique

Julie Laernoes adhère au parti Les Verts (devenu Europe Ecologie – Les Verts) en 2006 suite à sa rencontre avec Dominique Voynet. Elle la suivra au Sénat en tant qu’assistante parlementaire puis en tant que membre de son équipe de campagne en 2007 pour l’élection présidentielle. C’est là qu’elle participera à son premier meeting politique à Nantes, ville qui ne la lâchera plus. Elle devient cheffe de Cabinet à la Mairie de Montreuil en 2008 avant de s’ancrer à Nantes pour rejoindre son conjoint. En 2010, elle prend le poste de directrice de campagne et coordinatrice de groupe politique au Conseil Régional des Pays de la Loire. En 2014, elle devient Vice-Présidente de Nantes Métropole, et conseillère municipale à la Maire de Nantes. Elle succède à Pascale CHIRON en 2018 pour présider le groupe des élu-e-s écologistes et citoyens.

En juillet 2019, elle est investie par le parti EELV pour devenir la tête de la liste écologiste et citoyenne pour les élections municipales à Nantes de mars 2020 et lance la campagne #Nantesensemble.

Prises de positions

photo Eric Hecker

➔ Opposante au projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes, elle accompagnera la mobilisation au côté des paysans et des citoyen.ne.s et mobilisé.e.s.

➔ Elle interpellera à plusieurs reprises la politique désastreuse de l’accueil des personnes exilées, un sujet au cœur du projet écologiste qu’elle défend pour Nantes.

➔ En mai 2018, Julie Laernoes, en tant que co-présidente des élus écologistes et citoyens, remet en cause la pertinence du projet YelloPark défendu par la maire de Nantes sortante.

➔ Elle co-pilote le grand débat sur la Transition énergétique de Nantes Métropole

➔ Le 22 juin 2019, elle inaugure l’une des plus grandes centrales photovoltaïques citoyennes en France qui est à Rezé, près de Nantes sur le toit du MIN, un projet d’énergie renouvelable géré en partie par les citoyen.nes pour lequel elle s’est battue lors de ce mandat.

➔ En août 2019, Julie Laernoes signe une tribune avec Yannick Jadot et David Cormand appelant à « casser la spirale des violences policières ».