Logement : en finir avec la précarité énergétique

Pilier 1 – « Bouclier écologique » : protéger Nantes et les Nantais.es

C’est un objectif qui lie le social, l’écologie et la santé. C’est la raison pour laquelle la campagne écologiste et citoyenne a développé un « scénario 1,5°C » pour Nantes Métropole, pour assurer la résilience de notre ville dans les 10 ans à venir, et protéger ses habitant.e.s. Notre chantier prioritaire concernera la rénovation du bâti : premier levier de la transition, elle permettra de réduire de plusieurs centaines d’euros par an la facture d’énergie des ménages, tout en préservant l’environnement et la santé. Cette rénovation impulsera la création de plusieurs milliers d’emplois d’artisans, d’ingénieurs, d’architectes, d’ouvriers du bâtiment, notamment grâce à l’amplification de l’utilisation de matériaux bio-sourcés du territoire.

Pour cela, nous déploierons – dès 2020, un plan d’investissement d’une ampleur inédite pour accélérer la rénovation énergétique des logements sur l’agglomération nantaise. Aujourd’hui, entre 6 et 11% des ménages sur Nantes Métropole souffrent de précarité énergétique. Nous lancerons un grand plan de lutte contre la précarité énergétique, en axant les travaux de rénovation sur les 10 000 logements de Nantes Métropole encore chauffés au fioul.

Concernant les copropriétés, le rythme de rénovation doit être multiplié par 3 si l’on veut atteindre nos objectifs, c’est-à-dire 2 rénovations par mois pendant 30 ans. Nous faciliterons le mécanisme d’autoconsommation avec production d’énergie en toiture photovoltaïque.

Pour accélérer le rythme et massifier les travaux des rénovations performantes, nous développerons une plateforme communautaire pour travailler avec l’ensemble des acteurs de la filière (architectes, notaires, promoteurs, gestion locative, entreprises du bâtiment…) et créer des groupements d’artisans capables d’assurer l’ensemble des travaux de rénovation BBC sur les poches d’habitats qui s’y prêtent. Le constat est clair : il faut accélérer. Plus vite et plus fort. C’est à l’échelle des territoires, des villes et des métropoles, que s’enclenchera une vraie transition écologique, qui fera du bien à la planète et aux gens !