Un emploi pour tou·te·s : Nantes en pointe de la lutte contre le chômage

Pilier 3 – Nantes humaniste et solidaire 

Allongement de la période de travail exigée pour ouvrir droit à indemnisation, modification et rétrécissement de la base de calcul des indemnités, la réforme gouvernementale du chômage entrée en vigueur le 1er novembre dernier annonce un durcissement catastrophique de la solidarité avec les personnes sans emploi. Et cela même à un moment où nous vivons une crise du travail qui touche la vie quotidienne de nombreux Nantais.e.s et prend plusieurs formes : perte de sens du travail, « burn out », insécurité grandissante, développement du travail précaire et des travailleurs pauvres, « ubérisation », formes de management détruisant les collectifs de travail , privation durable d’emploi pour de nombreuses personnes « invisibles » (jeunes, femmes, personnes handicapées, seniors), en particulier habitant les quartiers populaires.

 

Le projet écologiste veut prendre le problème à sa source, en basant ses actions politiques sur les personnes et leurs compétences. Nul n’est inemployable dès lors que l’emploi est adapté aux capacités et aux compétences des personnes. Les travaux utiles, non concurrents des emplois marchands et des emplois publics, sont d’une grande diversité autour des trois thématiques : la cohésion sociale et la lutte contre l’exclusion, la transition écologique et le développement du tissu économique local.

C’est pourquoi, en reprenant et élargissant les principes de l’expérimentation du dispositif national « Territoire Zéro chômeur », en collaboration avec les acteurs historiques de l’insertion et le collectif regroupant le Secours Catholique Caritas France, ATD Quart monde, l’association de Veille Ecologiste et Citoyenne, Initiatives Plurielles et des personnes privées d’emploi, nous lancerons une grande offensive pour l’emploi de toutes et tous, à l’échelle de l’agglomération. La municipalité doit donner l’impulsion : fédérer toutes les forces vives du territoire pour les accompagner et faciliter leurs envies de faire, afin d’amener les chômeurs longue durée vers de nouvelles perspectives concrètes et rapides d’activité et de revenus.

La collectivité soutiendra ce collectif et fera tout pour être retenue comme nouveau territoire d’expérimentation quand la 2ème loi sera votée au printemps 2020.

Elle sera garante des coopérations à construire sur chaque quartier entre les différents acteurs (entreprises, acteurs de l’insertion et de l’économie solidaire, associations, bailleurs, services publics et conseils citoyens) au sein des comités locaux qui décideront des activités utiles à développer sans concurrencer les activités existantes.

Elle soutiendra dans chaque quartier la création d’une Entreprise à But d’Emploi qui développera les activités utiles et emploiera les personnes volontaires privées d’emploi à temps choisi et en CDI.